Chasseurs de Jade

Image
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 [Marianople] Pour quelques gouttes d'encre de plus...

Aller en bas 
AuteurMessage
Ehrendil

avatar

Messages : 837
Date d'inscription : 28/07/2014
Age : 40

MessageSujet: [Marianople] Pour quelques gouttes d'encre de plus...   Mar 14 Oct - 22:46

Les volutes de chaleur, sur les toits rutilants de l'Université de Marianople, produisaient des reflets changeant dans la petite chambre exiguë. En bas de l’auberge, on entendait les vociférations d’un homme âgé, juste avant un grand bruit de métal et de bois fracassés.

L’elfe tourna la tête un instant vers la fenêtre, puis entreprit de changer ses bandages pour la dernière fois. Le tiraillement des cicatrices étaient encore perceptible sur son dos, même si ce n’était plus un handicap au quotidien désormais.

Cela faisait un mois maintenant qu’ils étaient revenus sur les côtes nuiennes, lui et Aerrion.
Un mois qu’ils avaient pris ensemble la décision de créer la Confrérie des Chasseurs de Jade. Le nom, volontairement énigmatique, évoquait l’exploration d’un ailleurs, ainsi que la perspective, plus pragmatique, de conquête des richesses de lointains continents.

Aussi déterminés dans leur projet qu’ils l’étaient, le nuien et l’elfe savaient pertinemment qu’il fallait constituer rapidement une assemblée crédible de marchands, de capitaines, et d’hommes en armes, afin de convaincre les autorités d’obtenir les fameuses lettres de marques.

Après en avoir terminé avec le changement de ses compresses et l’application de pommade venant de sa forêt natale, Ehrendil observa la couverture du vieux journal de bord, dont les pages avaient été rendues fragiles par l’eau de mer, puis cassantes, probablement après un assèchement trop brutal.

Cela prendrait du temps pour en extraire quelque-chose de valable. Il le déposa avec précaution sur un tapis de soie, avant de sortir une petite clef de sa poche.

Le ménestrel fit coulisser un tiroir d’un bureau spartiate, et en retira un étui de cuir allongé,
brunit par le temps. Puis il le déroula devant lui, avant d’observer l’ensemble des outils à sa disposition. Cinq plumes de différentes tailles, des fusains, de la craie soigneusement empaquetée. Du chanvre tissé, pour le renforcement des papiers abîmés. Et deux flacons d’encre mémorielle presque vides.

Ehrendil grimaça en agitant l’un des flacons dans le faisceau de lumière de la fenêtre.
Le contenu était manifestement insuffisant pour le travail à venir. Il referma l’étui de cuir et le rangea rapidement dans le tiroir, puis se prépara à sortir.

*
*   *

Dehors en face de l’auberge, un soleil chaud d’après saison finissait de faire mûrir les fruits sur les étals. L’elfe traversa le marché promptement et se dirigea vers le quartier de l’université. Arrivée à destination, il fronça les sourcils, tout en se pinçant légèrement le haut du nez, tic qui dénotait chez lui une frustration contenue.
Sur la porte d’entrée de la Librairie de l'orme blanc, une petite pancarte indiquait sa fermeture temporaire, pendant la semaine courante.

Malgré plusieurs séjours dans la plus grande cité Nuienne, l’elfe ne connaissait pas d’autre adresse où se fournir. Il s’adressa à une jeune nuienne, brune à la peau mat et aux traits assez austères, qui portait un grand carton à dessin orné d’arabesque, en lui demandant où il pouvait trouver l’encre qui lui faisait défaut.

La jeune femme lui indiqua que son dernier espoir pourrait bien être, à cette heure, la roulotte d’un libraire itinérant, qui passait souvent dans le quartier de l’université. Comme le jour avançait, cependant, elle lui expliqua que le marchand devait être revenu au Cirque de la Gaieté, où il résidait habituellement, à l’extérieur de la ville.

En partant maintenant, Ehrendil se dit qu’il pourrait être de retour à Marianople avant la nuit.
Il remercia l’étudiante d’un simple hochement de tête, et emprunta le chemin des écuries publiques. Il y laissait habituellement le cheval qu’il avait acquis à Ezna, quelques semaines auparavant, à un prix qui sentait bon l’arnaque locale envers un étranger. Mais peu lui importait. Il avait autre chose à faire que de chercher querelle avec un marchand de la citadelle du Roi Andrion.

L’attention des autorités, à Ezna, n’était pas une chose qu’on devait chercher à attirer sur soi, d’après Grismantel. La vision matinale d’un serf, pendu à un échafaud visible depuis la route de Marianople, avait achevé de convaincre l’elfe.

Vers la fin de l’après-midi, le ménestrel sortait de la cité des statues par la porte Ouest.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehrendil

avatar

Messages : 837
Date d'inscription : 28/07/2014
Age : 40

MessageSujet: Re: [Marianople] Pour quelques gouttes d'encre de plus...   Mar 14 Oct - 22:47

La troupe au complet était de retour au Cirque de la Gaieté, après une période de représentation sur les routes pour certains d’entre eux.

Comme à leur habitude, les itinérants avaient installé leur petit campement de tentes et de roulottes légèrement à l'écart. Il était l’heure de lancer des premiers spectacles pour attirer le chaland, et déjà Ailynn se préparait.

Bien que libre et sans grande contrainte, cette vie commençait à peser sur ses épaules. Elle aimait toujours autant faire ses cabrioles et acrobaties sous le chapiteau mais la routine des gestes maintes fois répétés commençait petit à petit à étouffer la passion initiale de son art.

Le soleil descendait lentement à l’horizon quand elle mit sa tenue dont les anneaux tintaient doucement en s’entrechoquant. Le ciel dégagé aurait pu promettre une soirée agréable mais l’air était sec et pas un brin de vent ne soulevait les feuilles des arbres environnants. Pour la mère d’Ailynn, cela signifiait toujours qu'un événement particulier allait se produire. Elle sourit un instant à cette pensée, songeant qu’elle finirait par provoquer son destin, si il ne se révélait de lui même..

Elle sortie de sa roulotte apprêtée de ses bijoux, qui rendait son pas chantant. Les braseros avaient déjà été installé et seraient allumés a la nuit tombée.

Quelques musiciens, dont un Luth basse et quelques percussions, entouraient la danseuse à bonne distance, laissant a celle ci tout l'espace nécessaire pour exercer son art.
Saisissant deux sabres  dans un large tonneau, préparés par ses compagnons, la danseuse s’avança d’un pas léger au centre du cercle formé par les torches et les musiciens installés. Les curieux s’agglutinaient autour de la troupe. Le spectacle allait commencer.


Le ménestrel arriva juste quand les premières notes raisonnaient dans l’air dense et chaud. Habituellement il ne prêtait guère attention à la musique de rue nuienne. Dans ses oreilles d'elfe, elle lui semblait généralement peu raffinée, aux transitions assez grossières et prévisibles. Mais la sonorité d’un luth basse, profonde et puissante, au rythme très lent, éveilla sa curiosité et lui fit tendre une oreille plus attentive vers l'attroupement.

Alors qu’il s’approchait, il distingua entre les silhouettes des badauds les pieds fins d’une danseuse, dont l’un était orné de bracelets scintillants. Au départ, ses pas glissaient lentement sur le sol de la piste, suivant le rythme lancinant des percussions qui se faisaient maintenant plus prononcées.
Puis au détour d’un mouvement, le ménestrel aperçut l’éclat métallique des lames, au dessus des têtes, reflétant la lumière des braseros situés aux quatre coins de la piste.
Ehrendil se faufila rapidement entre deux personnes, et trouva finalement, derrière un homme de petite stature, un point de vue dégagé sur le spectacle.


A travers les fumées orangées issues des braseros, la jeune femme aux cheveux pourpres ondulait lentement, en faisant tournoyer ses deux cimeterres autour de sa taille, les maintenant près du corps.  Le balancement de ses hanches suivaient le rythme de la cadence imposée par les musiciens, faisant tinter régulièrement les pièces métalliques de l'étole nouée à sa taille.

Bien qu’Ailynn offrait à la foule un divertissement mainte fois répété, elle y ajoutait toujours quelques variantes, afin de ressentir le plaisir renouvelé de l’improvisation. Elle observait parfois les regards des badauds qui suivaient chacun de ses gestes.
Parmi l’assistance, la rouquine capta furtivement le regard d’un elfe. Elle offrit au voyageur lointain de ses terres natales un sourire fugace, les yeux pétillants d’exaltation dévoilant légèrement sa malice et se mit à onduler son ventre en vagues lentes et captivantes. La lumière offerte par les braseros leur donnait a l'un comme a l'autre l'occasion de découvrir davantage leurs traits bien qu'elle était la plus exposée des deux sans aucun doute.
Il n’y avait là nul regard malsain de la part de l’elfe. Ailynn remarqua qu’il suivait ses gestes et ses mouvements en détails, appréciant la performance dans sa globalité. Elle s’efforçait d’offrir à lui comme à la foule un spectacle digne de son art dévoilant à tous la maîtrise de son corps.

Elle détacha son regard de l’inconnu pour exécuter une belle arabesque puis une acrobatie alors que la musique accélérait, bientôt rejointe par le chant d’une artiste de la troupe. La voix perça la nuit, et les gens se mirent à taper des mains en cadence, autour de la scène.

La danseuse tourna de plus en plus vivement sur elle même, jusqu’à ce que les lames découpent des strates nettes dans les vapeurs colorées qui l’entouraient. Les mouvements de poignets fluides et gracieux de la danseuse semblaient donner vie aux deux sabres. Les sons se mêlèrent alors dans un tourbillon fracassant, et puis, tout à un coup la musique stoppa net, et les braseros furent tous couverts en un instant.

Les applaudissement réveillèrent Ehrendil de sa torpeur.
L’elfe pouvait être fasciné par une performance artistique elfique, bien que cela se produisait de plus en plus rarement au fur et à mesure que les années passaient. Il fut lui même étonné de ressentir cette émotion, alors que la Nuienne restait immobile, les lames croisées, dans l’obscurité.

Ailynn reprenait son souffle, figée dans cette posture. Relevant le visage avant de saluer la foule, elle capta une nouvelle fois le regard de l’elfe. Le voyant sourire, elle s’inclina face à lui dans une révérence feinte, contente de son petit effet...

Textes : Ehrendil & Ailynn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Marianople] Pour quelques gouttes d'encre de plus...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Euh Gandalf... Le Mordor c'est à droite ou à gauche ?
» Possible fermeture du site pour quelques jours...
» Et pour quelques plumes de plus ! (azteques vs huaxteques, partie du 18/09/2010 chez FGCA) (reprise)
» Cherche joueur CB pour Quelques Arpents de Neige
» [Joute - Débutant] Pour quelques conseils

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chasseurs de Jade :: Archives :: Archeage [2014-2015] : La Confrérie des Chasseurs de Jade :: Aventures en Erenor et au delà [RP] :: Chroniques des Chasseurs de Jade-
Sauter vers: